HomeMédiasMarché du médicament L’objectif de 70% de couverture nationale en médicaments est atteignable

2ème session de Formation de l'UNOP à ses adhérents qui s'est déroulée  à Constantine du samedi 22 au mardi 24 avril 2017"Formation aux transferts de méthodes analytiques", encadrée par le Pr Hakim BOUDIS

Marché du médicament L’objectif de 70% de couverture nationale en médicaments est atteignable

L’objectif d’atteindre 70% de couverture nationale en médicaments, à l’horizon 2019, est atteignable pour peu que les producteurs nationaux soient bien accompagnés en termes d’objectifs. C’est le constat qu’ont fait deux représentants du secteur pharmaceutique qui, même s’ils saluent la volonté politique dans ce sens, n’en pensent pas moins que les pouvoirs publics doivent avoir les moyens de leurs ambitions.

 

Younès Djama - Alger (Le Soir) - «Les capacités aujourd’hui installées en Algérie pourraient nous donner l’occasion de couvrir 70% de nos besoins. Actuellement, nous disposons de 70 unités qui fabriquent des matières premières, il existe aussi plusieurs unités pharmaceutiques qui vont arriver. En comparaison, les Tunisiens arrivent à satisfaire 65% de leur demande intérieure avec une trentaine d’unités. En Algérie, les usines ne fonctionnent qu’avec 40 ou 50% de leurs moyens», a estimé jeudi le P-dg du groupe pharmaceutique Biopharm et membre fondateur de l’Union nationale des opérateurs en pharmacie (Unop).
«Les installations ainsi que les ressources humaines existent, la volonté politique également avec l’interdiction, dès 2008, de l’importation des médicaments fabriqués localement, ce qu’il nous faut maintenant c’est d’enregistrer rapidement les produits et se doter d’une agence du médicament, les producteurs ont besoin d’être accompagnés par une administration qui a les moyens de ses ambitions», a ajouté M. Kerrar qui participait à une émission organisée par la Radio Algérie Internationale (RAI).
Selon lui, couvrir 70% des besoins nationaux reviendrait à économiser, dans les prochaines années, un milliard de dollars d’importations pour le pays. Pour y arriver, il soutient que ce n’est pas seulement l’affaire du ministère de la Santé, qui n’est qu’un maillon d’une chaîne qui englobe aussi les ministères de l’Industrie, du Commerce, des Finances, etc. «On doit donner des objectifs aux producteurs pour fabriquer des produits», plaide Abdelouahed Kerrar.
De son côté, Chafik Rahem, vice-président du Syndicat algérien des pharmaciens d’officine (Snapo), se dit satisfait de l’itinéraire qui a été parcouru s’agissant de la progression de l’industrie pharmaceutique. «Au début des années 2000, nous étions à environ 7% de satisfaction de la demande nationale avec un seul opérateur qu’est Saidal, aujourd’hui nous en sommes à 45% en physique et 55% en valeur, ce qui, sur une décennie, est une avancée remarquable, le secteur est aussi à une croissance à 12% indicateur auquel d’autres secteurs industriels ne peuvent pas prétendre. Il va de soi que l’objectif pour la fin 2019 consiste à arriver à 70%, sachant qu’il y a une centaine de projets qui sont en cours de réalisation. L’on se dirige vers un taux de couverture très appréciable. Nous continuerons à importer en ce sens qu’il y a des produits innovants que nous ne fabriquerons pas dans un premier temps. S’il y a une projection sur une décennie, on parviendra à satisfaire la demande», conclut Chafik Rahem.
Y. D.


 

Mot du Président

En raison de son caractère hautement sensible, le secteur du médicament a toujours fait l’objet d’une attention particulière des plus hautes autorités politiques et économiques du pays.

Lire plus...

Chiffres clés

Great Docs and SupportDans ce document vous trouverez des chiffres concernant le secteur du médicament en Algérie...

Lire plus...

Contactez Nous

Native RTL SupportPour toute information n'hesitez pas a nous contactez, ça nous fera un grand plaisirde vous répondre

Contactez nous...

Go to top